Manager ? Mais je n'en ai pas le temps !

12 décembre 2016
Commentaires 0
12 décembre 2016, Commentaires 0

Il arrive parfois, au cours d’un échange professionnel, qu’un manager me dise “Manager ? Mais je n’en ai pas le temps !”

Diantre ! A-t-on déjà vu un boulanger qui n’avait pas le temps de faire du pain, un chauffeur qui n’avait pas le temps de conduire ou un professeur qui n’avait pas le temps d’enseigner ?

Jamais ! Mais des managers qui n’ont pas le temps de manager, il s’en trouve, en bon nombre et assez fréquemment. Qui plus est, certains vous détaillent durant de longues minutes toutes les raisons pour lesquelles ils n’ont pas le temps de manager…

Beaucoup d’organisations pâtissent d’un fonctionnement dégradé (priorités inadéquates, projets en retard, coûts de revient trop élevés, ventes en baisse, manque d’engagement des salariés, comportements décalés) et s’épuisent dans un mouvement brownien, dans une agitation permanente pour parer au plus pressé, éteindre les incendies, gérer les crises. Dans de tels contextes, manager rime trop souvent avec injonctions, avec éclats de voix, avec stress et avec portes qui claquent bref, ne rime à rien.

Mais tout de même, être « manager », en avoir le salaire, le statut social… et ne pas avoir le temps de manager… Ça me laisse dubitatif, ça m’inquiète, ça me déconcerte et parfois ça me désole, car ces plaintes proviennent d’interlocuteurs intelligents, doués de capacités techniques ou commerciales inouïes, et qui réalisent des prouesses bien plus complexes à mes yeux que de manager.

Les managers se lamentent de ne pas avoir le temps de manager, et comble du paradoxe, leur direction le leur reproche et parfois nous demande d’intervenir pour y remédier…

Comment les aider ?

Pour trouver le temps de manager, deux conditions essentielles doivent être réunies :

savoir précisément ce qu’on peut et doit faire pendant une séquence de management, comment on doit s’y prendre, les sujets que l’on peut aborder, la durée que l’on doit y consacrer, apprécier la part du formel et de l’informel;
se sentir légitime dans ses actes, ne pas avoir à manager « en catimini » ou en dehors des heures dites « normales », œuvrer dans un environnement compréhensif, non hostile, qui connait et qui apprécie ce que vous faites.

Savoir quoi faire

« Je n’ai pas le temps de manager parce que je suis trop dans l’opérationnel, je passe mon temps à éteindre le feu chez les clients, à faire du reporting, à assister à des réunions, à écrire des spécifications, à traiter toutes sortes de choses que je ne devrais pas traiter… ». Nous pourrions ainsi aisément répertorier les raisons avancées pour expliquer ce prétendu manque de temps.

Les formations en management, le nôtres comme celles de nos confrères, expliquent parfaitement les tenants et les aboutissants de la fonction : leadership, organisation, reporting, communication, autorité…

Manager aujourd’hui, ce n’est plus « décider, commander, contrôler, sanctionner ». Cette définition remontant au XIX° siècle est largement dépassée, même dans l’armée !

Manager au XXI° siècle, nous dirons que c’est « permettre à ses collaborateurs de se sentir bien au travail, afin qu’ils y obtiennent de bons résultats ».

S’il fallait détailler un peu, retenons deux composantes complémentaires :

en toile de fond, adopter un comportement de bienveillance, de confiance, de fermeté ou d’autorité, adapté aux circonstances ; ce n’est pas donné à tout le monde, certains ont en la matière plus de prédispositions naturelles que d’autres.
savoir parfaitement utiliser certains outils : procédures RH, logiciels, techniques d’animation de réunions collectives, modalités de déroulement d’entretiens individuels. Cela s’apprend, comme toute discipline technique, artistique ou sportive.
Le manager qui a travaillé sa posture et qui maîtrise ces outils saura en faire bon usage au bon moment. Celui-là saura trouver le temps car un acte de management bien maîtrisé cela dure quelques minutes, un quart d’heure, une demi-heure, cela ne demande pas beaucoup de temps. En revanche le manager qui ne sait pas trop comment s’y prendre, qui n’a pas appris, reculera devant l’obstacle et de pourra que déplorer…son manque de temps.

Donc cause numéro 1 du « manque de temps pour manager » : le manque de compétences.

Y être incité

« Mon manager me met la pression, il me confie sans cesse de nouvelles tâches, il ne comprend pas mes difficultés, il dit que tout est faisable, que ce n’est pas une question de moyens, que nous n’avons qu’à mieux nous organiser, que ça a toujours été comme ça dans la maison, qu’on a déjà assez dépensé en informatique, que lui quand il était jeune il y arrivait, et lorsque je parviens à le voir je n’arrive pas à en placer une … »

Les organisations, les systèmes de management bardés d’adjectifs trompeurs tels que « lean », « agile », sont devenus bien malgré eux oppressants et parfois même harceleurs. Il est clair que si votre manager propage par réflexe des comportements décalés, se retranche derrière une prétendue culture d’entreprise pour ne rien modérer, n’organise pas son propre management et au final vous encourage à privilégier l’opérationnel à court terme, votre tâche de manager va être ardue.

Toute montée en compétences s’appuie sur le regard attentif et bienveillant du « N+1 » et donc sur sa propre capacité de management. Il en est bien évidemment de même sur la compétence en management…

Si votre manager ne prend pas le temps de vous manager, ne vous pilote pas sur la façon dont vous managez vos équipes, ne se soucie pas de votre santé mentale et de celle de vos équipiers, ne se préoccupe que de vos résultats sans se soucier de la façon dont ils sont atteints, vous ne risquez pas de trouver du temps pour manager, à moins de faire preuve d’un courage et d’une détermination hors du commun.

Le manager qui n’est pas valorisé dans son rôle de manager se réfugiera dans l’opérationnel … et fustigera son manque de temps.

Donc cause numéro 2 du « manque de temps pour manager » : le manque d’exemplarité

Mais alors, manager, combien de temps cela demande-t-il ?

D’après nos études, le management bien équilibré d’une équipe de 6/8 personnes, avec son nombre raisonnable de réunions, d’entretiens individuels (pas seulement annuels), d’imprévus voire de crises, occupe 15 à 20 % du temps d’un manager, hors reporting. Cela en laisse du temps pour de l’informel, parler avec ses pairs ou avec ses clients, prendre un café avec un collègue, faire un tour dans l’agence ou dans l’atelier, et même pour s’isoler et réfléchir de temps à autre. Cela laisse même du temps pour de l’opérationnel !

Manager, cela prend du temps, un peu de temps. Manager, cela demande un petit effort sur le court terme, sur les travaux du moment, afin de privilégier la recherche de bénéfices à moyen terme, et cela demande de la précision dans le geste. Est-il nécessaire de le rappeler ?

Managers qui n’avez pas le temps de manager, ne rongez plus votre frein, prenez la situation en main, venez en formation, parlez-en avec votre patron, expliquez-lui ce que vous voulez mettre en place pour que vos collaborateurs se sentent bien dans leur rôle et dans leur équipe, accordez-vous avec lui sur une feuille de route qui vous permettra de mettre en place un management organisé, régulier, bénéfique sans être pesant.

Puis faites un peu de place dans votre emploi du temps : une ou deux heures par jour, une demi-journée deux fois par semaine. Avouez que vous consacrez bien plus que de temps que cela à gérer des crises, à refaire des choses ou à rattraper des retards …

Vos équipes en ressentiront des effets positifs, et vous aussi !

Nous sommes à votre disposition si vous voulez un coup de main pour y voir plus clair, n’hésitez pas à nous appeler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *